CREATIONS

« La dimension tactile et sensorielle est le fruit de toutes ses années de création...plus que tout, c'est la circulation du vivant sur le plateau entres les interprètes qui me paraît créer une actualisation à l'infini de l'écriture chorégraphique. Une approche heuristique de l’Art Chorégraphique »

Choses en allées

EN PROJET

Cabaret chanté et dansé avec Denis Taffanel

L’invitation est au cœur même de toute danse, un moteur intime et jouissif. Inviter, s’inviter à, répondre à, les musiciens l’ont toujours réalisé avec succès, de Debussy à Fauré, à plus récemment Jean-Louis Aubert avec des poètes et auteurs contemporains.

Mon projet consiste par le jeu des résonances fortuites, inattendues, à inviter réciproquement chansons et danses (des auteurs aussi divers que Catherine Sauvage, JR Caussimont, Jean Constantin)

 

Un musicien assurera la carrure de l’ensemble des séquences scénarisées.

Entre deux moments, comme un fil rouge, des duos confirmeront, diffracteront le lien entre dire, vocaliser, danser, chanter, pour que cette invitation reconnue comme singulière devienne irrésistiblement contagieuse.

Ce projet sera présenté lors de la semaine des Arts de Perpignan, ainsi qu’au studio de la compagnie à Castelnau-le-Lez au mois de Mai.

Chorégraphie : Jackie Taffanel / Durée 70 minutes.

Avec Denis Taffanel de 2 à 4 danseuses, un pianiste et un autre musicien.

Celle Là!

Trio de danse contemporaine pour danseuses par Jackie Taffanel

Pièce chorégraphique pour trois danseuses qui explorent leur liberté de mouvement, de pensée, d’interactions pour découvrir l’extravagance  qui  habite chacune d’entre elles.

Paradoxalement elles le découvrent grâce au regard des autres.

 

La première partie est un duo de 35 minutes qui explore l’idée qu’un regard sans conventions contenues à priori, engendre un espace de jeu qui autorise la découverte d’une extravagance singulière et très féminine.

Divagations, excentricités, fantaisie, joyeuse folie sont inscrites dans l’espace au travers de rencontres, de croisements et d’emmêlements  qui en se dénouant réservent des  apparitions architecturées. C’est « le faire et défaire » du lien qui fait la matière de l’écriture de ce duo.

 

La deuxième partie est un trio de 30’ qui poursuit la thématique de l’extravagance mais sous le signe de la rupture du lien afin d'imaginer d’autres ouvertures. La troisième partie, par la scission qu’elle propose, introduit une étrangeté imprévisible.

 

L’écriture se fait au plateau à partir de résidus d’improvisations qui peu à peu constituent les « cartes » à jouer que les danseurs et la chorégraphe font surgir.

Le public est mis en mouvement en traversée de scène pour changer d’angle de vue avant le début du trio.

 

Les costumes sont des  vêtements du quotidien pantalons ajustés et pull à capuches fluides.

La pièce doit pouvoir s’adapter à différents milieux intérieurs et extérieurs.

 

La scénographie est épurée. Sol blanc, mettant en valeur les graphismes inhérents au mouvement et à la confusion des corps imbriqués.

 

La musique : continuum vibratile mixant des souvenirs de chansons ou d’airs semi–effacés ou brouillés. Elle évoque la mémoire biographique de chaque protagoniste.

Chorégraphie Jackie Taffanel.

Avec Eugénie Bacqué, Elsa Bozier, et Laura Vilain.

Le Banquet Tactile (2014)

FOCUS

Le « Banquet tactile » est ce temps donné à l’accueil sensoriel en mouvement et à ses résonances poétiques.

Dans cette pièce, l’expérience de la tactilité s’inscrit dans une dynamique interrogative:

 

-Un « travail au corps » actualise la fraîcheur de la sensation dans l’interprétation et considère  le rôle de la mémoire sensorielle.

-Une recherche sensible et sa mise en traces chorégraphiques.

-Le mouvement se nourrit du  tact et enchâsse réciproquement  les êtres.

-Ce mouvement est travaillé dans une tri-polarité, fictionnelle, perceptivo-sensorielle, et dans l’altérité. Un écart se crée par des inter-relations jamais résolues qui ouvrent et tissent un espace de jeu, espace-temps de l’interprétation. Il s’agit de partager et de croiser des perceptions travaillées, remaniées, à l’infini.

-La création chorégraphique se vit comme un moment contemporain si elle contient dans sa nature  le processus évolutif de ses modulations, de ses actualisations… Nos différentes mémoires sensorielles, à court terme, à long terme deviennent les appuis indispensable dune écriture en devenir.

-Par l’improvisation, le danseur est au cœur du dispositif.

-La relation entre interprètes et chorégraphe est primordiale, afin qu’au fil de la vie de l’oeuvre affleurent les strates constitutives de son élaboration à la fois puissantes dans leurs architectures, tissées tactilement et vibrantes dans la fraîcheur de chaque instant.

-Expérimenter par le biais de partitions tactiles, permet de faire  retour sur la mémoire sensitive, et de  mettre en traces même fragiles, les éphémères et secrètes fictions biographiques  qui résonnent dans l’interprétation.

-Le tact semble cultiver “les circonstances fragiles de l’avènement du poétique”.

Jackie Taffanel

Chorégraphie : Jackie Taffanel.

Avec Elsa Bozier, Julie Sapy, Camille Reverdiau, Amélie Durand et Laura Vilain.

Affable et Avenant (2010)

Partager par une articulation parlée, chantée, et dansée une écoute d’un poème, d’un texte

-Tenter de restituer par le mouvement, l’écriture chorégraphique de ce qui surgit dès les premières impressions de lectures du texte, du poème.

-Reconnaître en traversant le texte les fulgurances internes (ce qui va plus vite que le texte) en écho, en résonance avec le dit et l’implicite du texte.

-Donner au corps, présence à ce qui fugitivement apparaît, dérive au cours d’une lecture à haute voix. La vocalisation, l’énonciation et le mouvement témoignent d’une rencontre singulière dans un temps donné dans un rapport de lecture.

Trois textes en trois moments  :

 

*La bête humaine d’Emile Zola (15’’)

 

*La plus drôle des créatures de Nazim Hikmet (15’’)

 

*Les femmes et le secret de Jean de la Fontaine (15’’)

Chorégraphie : Denis Taffanel.

Avec Denis Taffanel.

Délier (2009)

« Nous abritons un ange que nous choquons sans cesse » - Jean Cocteau, Le Rappel à l'ordre

Le langage gestuel repéré dans l’iconographie « angélique » romane codifié et répertorié sera libéré des significations, et en friction avec les questions contemporaines.

Nous les hybriderons avec des propositions graphiques, les signes-mouvements d’Henri Michaux et les mettront en traces à partir des « ressentis » graphiques qu’ils nous laissent. Ainsi nous « délierons les anges » de la représentation en les confrontant à l’époque. Ils nous laissent une sensation de mouvement léger, de jointures fragiles, de relations siamoises, souvent en trios de traversée des corps par les dessins du flux.

 

Comment les anges se transforment-ils dans l’imaginaire contemporain ? Michaux semble en avoir recueilli quelques traces multiformes. Nous ferons une approche par hybridation des éléments déclencheurs de la recherche : peintures murales présentes dans l’abbaye et signes en pur graphisme et énergies de l’écrivain.

 

Nous choquerons les anges de St Savin par une friction avec l’abstraction des signes qu’ils laissent en traces. Dans « Mouvements », Michaux semble convoquer une multitude d’anges. Dans les peintures murales de St Savin, les anges semblent dessiner des signes graphiques chargés du flux du mouvement.

Cette recherche inscrira un temps subtil ; un espace ouvert entre la chorégraphe et les interprètes, à chaque instant, à la fois en tactilité, en épaisseur, en question soufflées de possibles, en extravagances sereines, en résistances ténues, en mots mêlés aux gestes pris dans le langage et les encres du poète Henri Michaux.

 Le travail dans le vivant de « délier », à partir des peintures murales, se tissera dans le processus qui va s’élaborer en appui sur la mémoire sensitive des partenaires en présence, en croisant visions, tactilités, anthropomorphismes et signes graphiques de H. Michaux.

Les musiciens et l’image projetée seront présents dans le projet. La création musicale et vidéo seront tissées étroitement.

 

Ce ressenti sensitif des anges de St Savin si présent dans cette thématique, nourrit les interprétations dans le retentissement de ce qu'il advient lorsque que l’on croise les signes laissés par deux époques en croisant des traces qui perdurent dans le temps et restent vivantes dans les regards.

Chorégraphie : Jackie Taffanel.

Avec Barbara Blanchet, Cécilia Ribault, Clément Aubert et Denis Taffanel.

HISTORIQUE

1983 : « NEUF PORTES » Le quatuor est primé au Concours de Bagnolet.

1984 : « Presqu’île » (voir «cahier spécial» n° 6 des Saisons de la Danse: « Chair, musique intérieure »).

1986 : « Outremer »

1988 : « Le Cri du Guetteur »

1992 : « Le Pont Dormant »

1994 : « Hors Champ » (Trio à cordes de Paris, musique de Thierry Lancinot),

1995 : « Beau Fixe » (Prix de l’innovation artistique par la fondation Ludwig de Aachen).

1996 : « Des Allures et des Airs » (Trio de cuivres Marre, Godard, Canape) à L’hippodrome de Douai.

1997 : « Tambours Voilés » C’est une confiance et une recherche dans le mouvement qui rend attractives ses pièces courtes. Son art rencontre un écho très chaleureux en Allemagne (Berlin, Dusseldorf, Cologne, Heidelberg, ... .Aachen où elle a reçu le Prix de l’Innovation Artistique de la Fondation Ludwig en 1995 et est ré-invitée avec plusieurs pièces de son répertoire.

1998 : « Azul » (Scène Nationale de Narbonne) Entre ombres et lumières méditerranéennes.

1999 – 2002 : « Tambours Voilés », « Volées d’Éclats », « Les Duos de Barcelone », « Ciegos », « Droit dans les yeux »

2002 : « Les En Jeux » Ecriture chorégraphique scénarisée avec de grands groupes de danseurs et de musiciens.

2003 : « Le dire à l’envers » à la fondation Gugghenheim de Bilbao et à la fondation Ludwig d’Aix la Chapelle avec François Rossé et Sylvain Kassap.

2004 : « Les Ghouls », « Idioms » Duo bilingue (catalan, français), « Odadali » (Garcia Lorca -Graciane Finzi-Daniel Tosi). Invitations 4 années consécutives à La Fondation Miro de Barcelone. L’été 2004, pour Dogora, un quatuor est créé pour une carte blanche des «Estivales» à Patrice Leconte.

2005 : « EleKtro-Korpus » avec le groupe E-dense pour El médiator.

2006 : « Allez ! » (Turin et Montalba)

2007 - 2008 : « Singulières Collections » et « Protections Particulières » avec Thierry Gomar (musique) et David Olivari(vidéaste). Résidence dans l’Aude avec créations et formation des publics.

2009 : Elle fait partie du projet des 20 « Princesses » à l’invitation d’O.Azagury pour la Scène nationale de Poitiers et créé « Délier les anges » (co-production EPCC Abbaye de St-Savin) inspirée par les fresques de l’Abbaye de St Savin (site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO) Création de « Délier » en dec 2009 pour le théâtre de Poitiers et en 2010 à Montpellier.

2010 : Projet Eurorégion avec l’Université de Toulouse et l’école d’ Art et de Design de Barcelone : « La vibration des Métamorphoses » (amateurs et professionnels) « A même la peau » à Toulouse, Barcelone, Avignon.

Création des soli « Affable et Avenant » (danse et textes) par Denis Taffanel et invités par les médiathèques de la Région LR, les printemps des poètes, festivals du livre etc....

2011 - 2012 : « Tact! » Création pour le Languedoc Roussillon et le Canada.

Poursuite du partenariat avec les lycées des Pyrénées Orientales, de Lozère, de l’Hérault, de l’Aude dans le cadre de lycéens-tour en 2013.

2012 - 2013 : Un projet de création pour Moncton (Canada) en résidence dans l’Atelier de la Compagnie puis en résidence à Moncton : « Les traits tirés » (juin et octobre 2012).

2013 : Créations chorégraphiques « A bras le corps, les paysages », et « Allons-y, à bras le corps » au Canada, « Poèmes en corps » spectacle de Denis Taffanel.

2014 : Création chorégraphique « Le Banquet Tactile » en duo au Festival Femmes en Je(u) de Carcassonne, résidence d’artistes à Aigues Mortes. Création et programmation en version quintet au festival Les Nuits de Sel d’Aigues Mortes, et en quartet au Café de la danse à Olargues.

2017 - 2018 : Création en cours d’un trio de danseuses, « CELLE LA! ». Projet de création chantée et dansée « CHOSES EN ALLEES » avec Denis Taffanel accompagné de danseuses et musiciens.

© 2018 Compagnie Taffanel