La rencontre des enfants et adolescents avec les processus de fabrication chorégraphique

Il nous semble essentiel de développer les dispositifs favorisant une plus grande connaissance de la fabrication des outils nécessaires à la mise en œuvre d'un projet chorégraphique.  Ainsi la compagnie propose à chaque classe inscrite dans un projet d’atelier :

Des répétitions ouvertes sur les créations de la compagnie en résidence. Plusieurs rendez-vous à des étapes différentes de la création permettent de suivre le cheminement singulier d'une œuvre en cours et d'en partager les questionnements avec la chorégraphe, les danseurs et les musiciens.

Des Conférences dansées   -   « Le Bal des Audacieux »

Pourquoi des ateliers en direction spécifique du "jeune public"

Les enfants et les adolescents (entre désir d'affirmation personnelle et volonté d'insertion sociale) sont un public particulièrement réceptif à ce type de travail qui implique une mise en risque ludique et exigeante du point de vue des états de disponibilité, d'improvisation, de propositions, de relances des autres présents.

À partir des représentations de chacun, prises en compte par tous, par frictions s’ouvrent des espaces de jeu pour des croisements audacieux. Il s'agit de prendre appui sur ce qui les met en état de jubilation, sur la prise de parole, sur les mises en lien entre eux. Le corps et l'oralité quand le verbe et le geste sont en lien sont mis en jeu dans une relation à l'énonciation… Cette découverte engendre un dialogue qui s'initie sur le terrain du "poétique" pour peu à peu gagner sur les zones "muettes” existant en eux et entre eux.

Chacun s'engagera à partir de ce qu'il "aime" dire et faire lorsqu'il s'élance dans le mouvement. De dédicaces généreuses en de croisements ludiques, les étincelles (pistes) produites par les différences des signatures exposées, leur donnent l'occasion d'inventer des conversations chorégraphiques chargées de l'énergie des "états de surprises.

Une question est au cœur de la problématique de la formation : la représentation qu’ont les jeunes stagiaires de la danse par rapport au modèle dominant véhiculé par les médias. Or, « On ne change sa pensée que dans l’expérience sensible ». Il faut donc mettre au cœur du projet l’expérience sensible pour remanier les représentations. On part alors de l’identité stylistique des adolescents (« mes préférences en danse »), de leurs images, dans le partage du sens du projet, toujours dans un processus de construction identitaire.

Réception et production des œuvres, deux axes indissociables

Il est nécessaire de développer le regard de l'enfant et son aptitude à montrer ses productions. Ces deux démarches sont indissociables dans la mesure où chaque élève, à la fois spectateur et danseur, enrichit son regard et se nourrit du regard des autres. La danse de l'enfant s'enrichit d'autant plus qu'il est en contact direct avec des artistes audacieux et leurs créations. Ainsi, il pourra affiner son écoute, aiguiser sa curiosité, intensifier son regard… apprendre à faire appel à des éléments de lecture de l'œuvre et à passer d'un spectateur intuitif à un spectateur investigateur.

Ces rencontres ont en commun de donner l'occasion de vivre l’expérience impliquant d’une pratique dans le réseau sensible des relations entre partenaires, aussi différents soient-t-ils les uns des autres. Il s’agit d’être au contact des questions en circulation à propos de la Danse, "des danses", des corps enjeu et du sens que cela prend dans nos vies, notre éducation, nos formations, nos passions, nos questions, nos projets.

La relation aux œuvres et au spectacle Vivant

La Cie souhaite mettre en relation le "jeune public" avec les œuvres et organise :

- la découverte des œuvres de la création contemporaine.

- la rencontre avec des équipes artistiques en création.

- l'exploration de processus de création au travers de paroles dansées, de projections, de conférences, de performances.

- l'élargissement à d'autres langages et à d'autres formes artistiques.

Les ateliers pour les enseignants :"Jours de danse"

En outre, la compagnie propose aux enseignants des ateliers spécifiques : "Danse et Pédagogie" afin qu'ils puissent soutenir une réflexion sur les enseignements de la danse et cheminer tout au long de l'année avec leurs classes entre les interventions des artistes-intervenants(relais)

La relation à l'artiste-intervenant

Il prépare les "jeunes" à se confronter au regard de l’autre et à se former une réflexion intérieure en référence à sa propre nécessité d’expression. Il élargit le champ de la perception, il crée les conditions propices au jaillissement créatif, accompagne les propositions en partageant les exigences et les règles de jeu du travail professionnel.

La transmission interroge les savoirs préexistants à partager à partir de l'expérience du "jeune" en relation à ses partenaires. Il s’agit donc d’échanges révélant "les possibles" de l'expression incarnée à la fois dans la singularité confrontée à des attitudes dialogiques, ludiques…

Les danseurs intervenants traversés eux-mêmes par la recherche chorégraphique et l'Art de la scène ne se constituent pas en modèles, mais, au contraire, étayent la mise en jeu participative des jeunes par un processus interrogatif inhérent à l’acte de création même.

Ateliers Scolaires

Les ateliers chorégraphiques pour les "jeunes" ... Quelques réflexions préliminaires sur le sens du travail à engager

FORMATIONS

A la Cie Taffanel et hors murs, des formations pour l'éducation artistique et la formation professionnelle du danseur

Le geste porte ce qui échappe au mouvement...au fil d'un scénario tactile, sensitif...

STAGES

Le stage est un temps de recherche où improvisation et "rendez-vous en traces" s'explorent et se tissent ensemble. Nuances, écoute et risque s'y croisent.

A noter, le prochain stage se déroulera les

1, 2 et 3 Novembre 2018

Ouvert à tous les publics, aux artistes, formateurs, enseignants et étudiants

La journée de stage est composée de 3 moments:

10hr à 12hr30: Training avec Jackie Taffanel

Travail approfondi sur le corps en accueil sensoriel en mouvement où l'interprétation se nourrit de l'expérience tactile et de la sensation des fascias. Le flux, l'économie tensionnelle, la trace déployée, l'engagement à l'écoute, en inter-actions se cherchent en alternant précision des scénarios sensitifs, des chemins du geste, et des improvisations. L'atelier-training est cet espace de jeu où le "vivant de la danse se renouvelle et s'actualise", des outils très divers s'y expérimentent.

 

14hr à 17hr: Atelier voix par le mouvement avec Denis Taffanel

Le travail met en jeu la parole, le texte par énonciation, le chant quand le corps est en action, porteur des résonances engendrées par l'expérience de la voix en mouvement, présence d'un musicien en live pour les improvisations.

 

17hr30 à 19hr: Improvisations avec Jackie Taffanel

Espace de jeu aux contraintes libératrices, situations de recherche concrètes.

Le stage met les interprètes en jeu afin :

• De partager une démarche interrogative ou l'instable est le quotidien du travail

• De la mettre en jeu dans un événement croisant les expériences des danseurs en formation.

• D'être en relance incessante du réseau sensible de partenaires avec des espaces d'appel à des propositions imprévisibles. (Texture de corps préparées dans le training)

• De produire des probabilités de troubler ses propres représentations et repères de confort.

• De clarifier et poser les jalons à venir pour une trame chorégraphique singulière.

ATELIERS HEBDOMADAIRES AVEC JACKIE TAFFANEL

Les ateliers sont conçus comme « une grande éponge, une méduse, un mille-feuille » dont les différents fils se croisent :

l'espace de jeu, l'interprétation, l'appui permanent sur la perception, l'expérience sensorielle, mais aussi différents types de mémoires.

Les ateliers ont lieu les mardis, mercredis et vendredis de 10hr à 12hr30

Ouvert à tous les publics, aux artistes, formateurs, enseignants et étudiants

Les trainings ont lieu au sein de l'atelier de la compagnie à Castelnau-le-Lez et les inscriptions peuvent se faire par tel au 04 67 52 32 65  ou par mail à "danse.taffanel@free.fr"

Tarifs : 12e le cours, 40e la carte de 4 cours

Plus de renseignement au 04 67 52 32 65

Le travail s'organise autour du mouvement des yeux et incidences sur le flux, perception et sensation des fascias et déploiement en trois dimensions, ressenti de la peau et conséquences sur la qualité du mouvement sont les 3 axes majeurs de la recherche. Ils s'entrecroisent en interrogeant l'accueil sensoriel en mouvement, l'instabilité.

Le training se déroule en séquences du sol vers l'espace dans une économie tensionnelle qui se cherche dans une trace en expansion et en inter-actions improvisées avec les partenaires par des remises en jeu inventives.

L'enjeu premier de cet atelier est bien de travailler les conditions d'apparition et de disparition du sensible. Pour permettre au participant de trouver des propositions qui leur permettront de stabiliser une relation, un axe, à leur improvisation, il est important d'être déconcertant dans ses propositions, de ne pas trop les laisser s'installer dans une prise de conscience, dans le contrôle de ce qu'ils font. Dans ces conditions, il faut leurs permettre d'accepter de « lâcher prise avec le but du voyage ».

Pouvoir accueillir une pensée poétique, une circulation libre, des quiproquos, des coqs-à-l'âne. Ces pistes font suite à un constat, la logique a souvent une trop grande emprise sur le cerveau des danseurs. Ainsi, est-il question d'engager un rapport avec le vide, le déséquilibre, la prise de risque, mais aussi avec la confiance. La dimension de jeu est donc très importante, parce qu'elle instaure une qualité de surgissement et la possibilité d'un vivant renouvelé. Il n'y a pas de précipitation : les avancées sont progressives, toujours remaniées sans cependant rester floues.

QUI SUIS-JE ?

« Une Chorégraphe qui regarde...touchée par des présences, toile de fond de l'apparition des nuances de l'interprétation indissociable du vivant d'une écriture chorégraphique. Expérience du Regard qui depuis toutes ces années ont transformé mon regard. Ai-je affiné la perception des inter-actions complexes des phénomènes en dans l'atelier ? - Je cherche des dispositifs d'exploration qui les autorisent encore d'avantage...

Je regarde les danseurs partie-prenante de la recherche dans un champ d'expérience(s) où l'on se risque pour une pièce à venir, qui s'écrit au fur et à mesure. Je suis à la fois dans l'urgence et l'attente pendant les improvisations, les explorations, de cette "profondeur naissante, de ce "proche approfondi" (pour reprendre une expression de M Merleau-Ponty), qui appelle le regard... Je guette les présences, j'attends les moment appelants des interprètes, qui me touchent par leur texture "vivante" et je propose des dispositifs qui "parient" sur le surgissement et le creusement de certaines pistes... La mémoire sensitive et l'élaboration "chemin-faisant", d'une trame vers une écriture qui apparaît. Quelles propositions de travail afin que les interprètes la vivifient et l'actualisent ?? Une mémoire sensitive collective se constitue, sorte de réseau sensible comme une toile de fond de l'émergence de ces moments.

Un geste qui ne porterait pas la durée vivante de sa découverte dans le frémissement des tissus corporels, dans ses résonances haptiques serait-il propice à la circulation du vivant sur le plateau entre les partenaires ? (comment ce qui a touché le danseur rayonne dans l'espace, comment peut-il convoquer à l'infini ce qui a été nécessaire à son avènement ?)

Dialoguer avec ces apparitions, les éclairer, les étoffer et les relancer, les stabiliser sans les figer ? ("c'est devant cet apparaître que je m'étonne, auprès de lui que je séjourne, par lui que je me laisse conduire...")

Un rêve ? Accéder à l'immédiateté décisive du mouvement, en perpétuer l'instance dans un espace de jeu où l'incertitude se cultive au présent »

...JACKIE TAFFANEL

© 2018 Compagnie Taffanel